«

»

Sep 01 2011

Imprimer ce Article

matinmagique.com… un site à découvrir…

« Faites comme un timbre-poste; agrippez-vous

tant que vous n’êtes pas arrivé à bon port. »

 Bob Proctor

 

 » Je ne suis pas très groupie, mais je pense que je

demanderais un autographe à Laird Hamilton si je le

rencontrais un jour. Peut-être n’avez-vous jamais entendu

parler de lui – j’ignorais moi-même son existence avant l’an

dernier – mais cet Hawaïen de 48 ans est une légende

vivante dans le monde du surf. Depuis maintenant une

trentaine d’années, il chevauche les plus puissantes

vagues que la nature ose créer… Des murs d’eau pouvant

atteindre une trentaine de mètres de haut.

C’est lui qui a surfé sur la plus grosse vague jamais surfée

de tous les temps; je pensais qu’il s’agissait

d’un tsunami lorsque j’ai vu la photo.

 


 

Je devrais préciser que Laird ne surfe pas pour battre

des records ou impressionner la galerie – d’ailleurs,

il refuse de participer aux compétitions. C’est un puissant

désir de dépassement et un immense amour de l’océan

qui l’ont toujours motivé. On pourrait même dire que son

sport est une pratique spirituelle, pour lui :

il s’y adonne avec respect, ferveur, révérence…

Oh, et avec une intensité qui s’approche de la démence !

Lorsque son ami a été presque tué en surfant avec lui sur

des vagues exceptionnellement géantes (30 à 35 mètres),

il est allé lui porter secours, il a porté son corps inconscient

jusqu’à la plage, puis dès que l’ambulance est partie…

il est retourné surfer ! Il devait y retourner, il dit,

sachant qu’il ne reverrait peut-être jamais des vagues

aussi spectaculaires de toute sa vie.

Et surtout, il ne voulait pas que la peur remporte la partie.

Voici Laird à l’œuvre (il est rare qu’une photo prise de loin

en dise encore plus sur une personne qu’un plan rapproché,

n’est-ce pas?):

 

 

Deux ou trois choses se produisent, lorsqu’on utilise une

vague de plusieurs mètres comme moyen de transport :

primo, on a le sentiment d’être porté par l’Énergie qui

crée les mondes; secundo,il suffit d’une mauvaise manœuvre

pour que la vague casse la plupart de nos os en plusieurs

morceaux et tertio, quand on tombe, c’est l’équivalent

de tomber d’un édifice de plusieurs étages.

(Jamais encore n’ai-je employé un «on» qui exclut autant

la personne qui parle…)

On peut donc rester submergé pendant longtemps

– pendant très longtemps, si on est coincé dans un récif

sous-marin, ou qui sait quoi – avant de remonter à la surface.


 

J’ai lu une entrevue avec Laird, récemment, et la journaliste

lui demandait justement s’il s’exerçait à retenir sa respiration

le plus longtemps possible, sachant que ce serait probablement

sa capacité pulmonaire qui le maintiendrait en vie en cas de

mésaventure. Ce serait la moindre des choses,

on pourrait dire… Si on surfe sur une vague qui peut

nous broyer en quelques secondes, ne devrait-on pas

au moins faire tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas

mourir par noyade ?

C’est ce que je me disais, du moins. Mais voici ce que

notre ami a répondu :

«Il y a une école de pensée qui dit de ne pas s’entraîner

pour ce qu’on ne veut pas se voir produire.»

 

La réponse de Laird m’a fascinée. Bon, il faut dire

que si une personne chevauche des vagues meurtrières

depuis plusieurs décennies et leur survit j’ai tendance à

être fascinée par à peu près tout ce qu’elle dit. 😉

Mais vous conviendrez avec moi qu’il y a quelque chose

de magistral dans sa philosophie.

Évidemment, on pourrait avancer qu’il est inutilement

imprudent… surtout qu’il a une femme et trois enfants.

Être aussi déterminé à réussir est certes impressionnant

– bravo à lui! – mais que perdrait-il à être un peu plus

prévoyant ? Ne serait-il pas plus sage de se préparer

à toute éventualité ? En fait, que notre objectif soit

de chevaucher des vagues géantes, comme lui, ou

simplement de concrétiser de nouveaux projets qui nous

font vibrer, on pourrait dire qu’il est prudent de se

préparer au pire, d’avoir un plan B… d’installer un petit

filet de sûreté au cas où on en viendrait à tomber.

Ou l’est-ce vraiment?

Ce que j’apprends, à travers des personnes comme Laird

Hamilton, et en naviguant bien sûr sur les eaux de ma

propre vie (heureusement, beaucoup moins tumultueuses…),

est que la prudence peut être l’attitude la plus imprudente,

en réalité. Elle a si souvent le contraire de l’effet désiré.

Oh, on se dit bien sûr que la porte de sortie sera là juste

au cas où ça ne marcherait pas… que le filet nous accueillera

seulement si on en vient à tomber. Mais ce qu’on ne réalise

pas, c’est qu’en se préparant une porte de sortie ou un filet,

on se prépare en même temps à l’utiliser.

On voit notre plan B comme notre sécurité, alors que bien

souvent, c’est précisément lui qui nous amène à tomber.

Pas le plan en lui-même, bien sûr, mais la partie de nous

qui doute de notre réussite et qui nous amène qu’à le créer.

 

 

Si nous vivions dans un monde régi uniquement par des règles

de statistiques et de probabilités – par le hasard, en fin

de compte –, avoir un plan B serait logique, car il y aurait

une sorte de force aléatoire et plus grande que nous

dont il faudrait se protéger. Or, si le monde fonctionnait

effectivement ainsi, Laird Hamilton serait mort depuis

longtemps (quand je conduis au centre-ville de Montréal,

je me dis parfois que nous le serions à peu près tous

également…). La plus grande force qui soit n’est pas

dans les vagues, mais dans la détermination avec laquelle

on se prépare à surfer dessus – ou à en tomber.

Et s’il est imprudent de foncer sans plan B, il l’est tout

autant de foncer lorsqu’on a besoin d’un tel plan.

Cet état de «je le fais, mais je ne suis pas sûr, donc

on verra bien» n’a que très peu de puissance et de portée.

 

Ainsi, que diriez-vous de vous aligner fermement dans la

direction désirée et, comme Laird, de brûler les ponts

vers toute autre possibilité ?

Oh, cela donne certainement un joli vertige !

J’ajouterais par contre qu’il n’est pas nécessairement

question de vivre sur la corde raide, ici…

Je parie que Laird lui-même s’assurerait d’améliorer sa

capacité pulmonaire, si elle n’était pas déjà exceptionnelle

grâce à son entraînement intensif et ses 30 années

de pratique. En fait, il n’est même pas vraiment question

de ce que l’on fait ou de ce que l’on ne fait pas,

aujourd’hui, mais de ce qui nous habite.

Il est question de croire intensément en ce que l’on veut…

Il est question d’arrêter de penser autant au fait que

l’on pourrait tomber… Il est question de cesser de

s’enligner vers des résultats que l’on souhaite éviter.

C’est simple, mais c’est souvent assez.

La vie est tellement plus puissante qu’on peut l’imaginer.

Nous sommes tellement plus puissants qu’on peut l’imaginer.

Et dès qu’on ose s’unifier complètement vers la destination

où on veut aller, on commence à être ébloui par nos résultats,

et par l’aisance avec laquelle on les a créés. D’ailleurs,

maintenant que j’y pense… c’est un peu comme être porté

par l’Énergie qui crée les mondes, si vous voulez.

 

Passez une magnifique journée! 🙂  » Marie Pier

 

Source: http://www.matinmagique.com (un site à découvrir !)

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://sylvaine-yoga.com/meditation/matinmagiquecom-un-site-a-decouvrir/