«

Déc 12 2019

Imprimer ce Article

Regards émerveillés

Matthieu Ricard et

 

Yann Arthus Bertrand

appellent à se mobiliser pour protéger et sauvegarder

toute la richesse naturelle de notre planète.

A travers leur objectif, ils nous offrent

  toute la beauté du monde.

 

Partie 1

Partie 2

Le mode de vie de cette minorité individualiste, souvent la plus riche, est tel que son empreinte écologique est disproportionnée par rapport au reste de la population.

L’empreinte écologique d’une personne est définie comme la surface de terre nécessaire pour lui fournir nourriture et habitat, l’énergie nécessaire aux déplacements qu’elle a effectués et qui sont liés à ce qu’elle consomme, comme à la gestion de ses déchets, ainsi que les émissions (gaz à effet de serre et polluants) dont elle est responsable.

Si l’on divise la surface totale des sols biologiquement productifs de la Terre par le nombre d’habitants, chaque personne devrait disposer de 1,8 hectare. Or l’empreinte écologique actuelle est en moyenne de 2,7 hectares par personne dans le monde, ce qui confirme que nous vivons globalement au-dessus de nos moyens.

Ces empreintes écologiques varient avec le niveau de vie : celle d’un Américain moyen est de 8 hectares ; elle est de 6 hectares pour un Suédois, de 1,8 hectare pour la plupart des Africains et de 0,4 hectare pour un Indien. Stephen Pacala, de l’université de Princeton, a calculé que les plus nantis, qui représentent 7 % de la population mondiale, sont responsables de la moitié des émissions de CO2, tandis que les 50 % les plus pauvres n’émettent que 7 % de CO2, une proportion infime pour 3,5 milliards de personnes. Les 7 % les plus riches qui ont par ailleurs les meilleurs moyens de se protéger de la pollution, profitent donc du reste du monde.

Il existe certes, parmi les grandes fortunes, des êtres généreux et déterminés à œuvrer pour un monde meilleur, mais ils restent une minorité. Aujourd’hui, le mode de vie des plus nantis compromet la prospérité future de l’humanité et l’intégrité de la biosphère.

Il faut agir mais il ne suffit pas d’économiser en se contentant d’isoler mieux les habitations, d’utiliser de l’énergie d’origine solaire ou géothermique, de se servir d’appareils qui consomment moins d’électricité, etc. On s’aperçoit, en effet, que ceux qui font ce type d’économies dépensent par ailleurs plus d’argent pour voyager, par exemple, ou pour effectuer d’autres activités et achats qui engendrent, directement ou indirectement, des émissions de gaz à effet de serre et diverses autres formes de pollution. Il faut donc non seulement économiser l’énergie, mais aussi vivre plus sobrement, et cesser d’associer sobriété et insatisfaction.

Certains pays ont réussi à relever ce défi. Le Japon, par exemple, consomme deux fois moins d’énergie par habitant que les pays de l’Union européenne et trois fois moins que les États-Unis. Cela est dû au fait qu’il doit importer une bonne partie de son énergie, ce qui en augmente le coût. Le prix élevé de l’énergie a eu un effet salutaire sur la consommation, sans pour autant nuire à la prospérité du pays et à sa compétitivité sur le plan international. Au contraire, ces limitations ont stimulé l’innovation et le développement d’entreprises moins gourmandes en énergie, en particulier dans le domaine des nouvelles technologies.

MATTHIEU RICARD

 

Pour comprendre l’environnement et ses enjeux :

Magazine GOODPLANET INFO

Un lieu dédié à l’écologie et à la solidarité :

Fondation GOODPLANET

 

Lien Permanent pour cet article : https://sylvaine-yoga.com/annonces/regards-emerveilles-sur-notre-planete/